Félix devant repartir en Finlande pour le travail début Septembre, nous avons cherché une solution pour qu’Emeline puisse rester sur le bateau seule. Nous avons pensé à une marina, mais c’était minimum 1500 euros pour un mois au ponton en Algarve. Autant dire que nous nous sommes mis en quête d’une autre solution plus abordable ! Plusieurs amis nous avaient alors conseillé Alvor, le mouillage étant très abrité de la houle car au fond d’une ria, la possibilité de faire ses courses à pied, un super spot de kite et surtout rien à payer ! Le paradis !

Après deux jours de navigation depuis Cascais, nous arrivons au mouillage d’Alvor le 27 Août. Alvor est un petit village de pêcheurs collé à la ville de Portimao en Algarve. En été la ville est très touriste. Les anglais semblent beaucoup apprécier le lieu, si bien que tous les restaurants affichent une carte en anglais, et sans les 35 degrés extérieurs, on pourrait presque se croire chez les britons. 

L’arrivée dans la ria d’Alvor en voilier est plutôt sportive, les bancs de sable bougent vite, et dans les endroits les plus profonds, il n’y a que 2m d’eau au plus bas. Nous sommes rentrés à mi-marée, pour pouvoir voir les bancs de sable émergents et en se disant que si on venait à toucher le fond, on pourrait toujours attendre que la marée remonte pour se sortir de là ! Nous avons suivi à la lettre les indications données par le papa de Momo, surtout de ne pas respecter les bouées qui marquent le chenal et tout s’est bien passé !

Nous mouillons dans 5m d’eau, entre deux bancs de sables éloignés de 60m environ. Le mouillage n’est pas large, mais l’ancre semble tenir à la renverse de la marée, tout va bien. Le lendemain, en fin d’après-midi, le vent se lève, 20 noeuds constants. Nous décidons de prendre l’annexe pour aller faire du kite de l’autre côté de la ria.

Juste avant de quitter le bateau, Emeline a l’impression que le bateau bouge, qu’il est en train de déraper. Je la rassure, ce ne doit être qu’une illusion et nous partons. Quelques minutes plus tard, elle insiste de nouveau « le bateau dérape je te dis ! », assez énervé, je la pose sur la plage et je file en vitesse retrouver Sea You. En montant à bord la situation est plutôt critique, Sea You est appuyé contre le banc de sable, la quille posée au fond. 1.4m au sondeur, ça sent mauvais quand on a 1.7m de tirant d’eau. Notre voisin de mouillage arrive rapidement en voyant la situation, coup de bol, il est pilote pour le port de Rotterdam ! Il m’explique comment nous sortir de cette situation, et après deux tentatives, nous parvenons à dégager Sea You du banc de sable.

Emeline n’était pas rassurée à l’idée de rester seule à l’ancre après cet épisode. En prenant conseil autour de nous, nous posons une deuxième ancre de 35kg derrière la première, et rien n’a plus bougé pendant un mois.

Félix repart début Septembre au travail depuis l’aéroport de Faro, pendant ce temps Emeline a eu la visite de ses copines puis de sa famille. Elle a sillonné l’Algarve, profité des magnifiques plages et fait pas mal bricolage. Pour clôturer notre mois à Alvor, on a fait un saut en parachute au dessus de Ria !

Author

Write A Comment